mercredi 16 août 2017

Diary of Rebirth tome 1 : Apprivoiser de Bridget Page

Annabelle Maury a vécu l’innommable. Cloîtrée dans son monde, hantée par ses cauchemars, elle n’attend plus rien de la vie. D'autant que les loups rôdent toujours...

Greg Delcourt est un homme désabusé. Il a perdu confiance en l’être humain, et surtout en l’amour. Il s’étourdit dans les relations d’un soir, se refusant à ressentir le moindre sentiment.
Ces deux êtres torturés, fuyant le monde et ses dangers, vont pourtant se rencontrer et s'aimer.
Greg saura-t-il lui redonner gout à la vie et la tirer des griffes de la horde ?


Annabelle pourra-t-elle lui rendre ce qu'il pense avoir définitivement perdu : son cœur et son âme ? 
Laissez-vous enivrer par leur histoire, celle qu'ils vous content, à tour de rôle. L'histoire bouleversante d'une renaissance et d'une rédemption.





Je remercie Bridget Page pour ce partenariat et pour la confiance qu'elle m'accorde. Cette saga est dans ma Whist-list depuis un bon moment alors autant dire que j'ai sauté sur l'occasion quand Bridget a proposé de m'envoyer les Ebooks.

C'est un véritable coup de cœur ni plus, ni moins. Je m'attendais à quelque chose de difficile à lire par certains aspects donc je n'ai pas été étonnée par certaines scènes. Mais ce que je retiens là encore c'est le côté caméléon de l’auteure. Quelque soit la psychologie du personnage dont il est question, elle parvient à s'immerger entièrement dans son esprit et à ne faire qu'un avec son personnage. C'est impressionnant.

Le sujet traité est délicat et pourrait en choquer plus d'un. Je pense donc que le roman ne doit mis qu'entres les mains de lecteurs avertis. J'ai eu des frissons à de nombreux moments car on ne peut que s'identifier aux personnages et c'est assez difficile de s'imaginer vivre une horreur pareille. J'ai tout de suite apprécié Annabelle pour sa force et sa rage ( même si en n'en est pas consciente au début) . Elle a vécu l’innommable et malgré ses difficultés à vivre après cette tragédie, elle ne s’apitoie jamais sur son sort. Là où beaucoup d'autres auraient légitimement perdu la tête, Annabelle s'efforce de rester forte et humble. Elle prend son temps pour aller de l'avant mais ne lâche rien. L'auteure utilise les mots justes quand elle décrit son mal-être et sa difficulté à exister après tout ça. C'est comme ça que je le ressens en tout cas.    

Quant à Greg * soupirs * Oh My God quoi ... je l'ai immédiatement adoré. Alors oui, il faut dire qu'en littérature j'aime les hommes virils, à la limite du Bad Boy. Et là j'ai été servie. Il est assez détestable, il ne faut pas se le cacher ( même si pour moi pas du tout en fait ;) ) même on se doute bien que quelque chose se cache derrière cette carapace. Je suis tombée sous le charme, c'est un coup de cœur romanesque, bref je suis amoureuse !!

J'ai quand même un petit bémol même si sur ce point mon avis diverge assez de celui de l'auteure. J'aurai aimé le garder un peu plus rebelle par la suite même quand il s'agit d'Annabelle. J'ai trouvé qu'il était parfois un peu trop prévenant, trop présent et j
'avoue que c'est un point qui m'inquiète un peu pour le second tome. Mais nous verrons ça. Pour l'instant je l'aime et puis c'est tout ;)

L'intrigue tient la route sur tous les points et la fin laisse présager une suite rebondissante. J'appréhende déjà ! Je suis d'accord avec les lecteurs et lectrices qui qualifient le roman de Page Turner car c'est exactement comme ça que je le vois. Les chapitres sont courts et saisissants ce qui vous donne envie d'en savoir toujours plus. Nuits blanches assurées !

J'ai donc adoré ce premier tome qui touche un sujet sensible mais qui est pourtant souvent d'actualité. A lire de toute urgence si vous n'avez pas peur des cauchemars ^^

jeudi 6 juillet 2017

Timothy Blake, la mort en héritage de Bridget Page


 Depuis longtemps fasciné par les sociopathes, Gildas Gabin a obtenu un certificat de Sciences Criminologiques avant d’intégrer la Police. Confronté très rapidement à une affaire de meurtres en série, ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui l’amène désormais à intervenir aux quatre coins de l’Europe.

C’est dans ce cadre que l’on fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sur La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs.

Timothy Blake est officiellement infirmier anesthésiste intérimaire. C’est du moins ainsi qu’il apparaît à sa femme, Rachel. Mais la réalité est tout autre. Tim a des besoins très particuliers et un hobby peu commun : il tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans.

Désormais, Tim se sent prêt à voler de ses propres ailes, quitte à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation…

Timothy Blake nous entraîne au cœur de sa sordide passion, tandis que Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie.

Privé de ses aptitudes si particulières, hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise La Rochelle.

Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement personnel irréversible dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue.


Merci à Bridget Page pour sa confiance lors de ce partenariat.

J'avais très envie de découvrir Bridget. Et ce, suite à ma lecture d'un avis sur sa saga Diary Of Rebirth. En passant, il me tarde de la lire !

Timothy Blake a donc été l'occasion de découvrir madame Page. J'avais un peu peur car je ne lis pour ainsi dire jamais de Thriller. En vérité, je n'ai jamais réussi à m'y plonger totalement. Je perds vite pied et l'engouement qui était pourtant bien présent au début s'effrite chapitre après chapitre. Mais le résumé m'a tout de suite intriguée et j'y ai vu l'opportunité de découvrir cette auteure et de m'éloigner de ma zone de confort en bousculant mes habitudes livresques.

Je n'ai pas été déçue. Bridget m'a transportée au cœur de son roman avec une grande facilité. Tout d'abord, je dois dire que son style est comme je les aime. Elle ne passe pas par quatre chemins pour énoncer son idée, ce qui a pour conséquence de vous donner l'impression de regarder un film ou de suivre une série. J 'ai suivi chaque chapitre avec empressement, désireuse de savoir où tout cela allait nous mener.

Je suis bluffée par sa manière de décrire les ressentis, et surtout la psychologie de ses personnages. Le roman est découpé en chapitres avec deux points de vues; celui de Gildas, l'enquêteur en charge de l'affaire et celui de Timothy, le tueur. Et quelque soit le point de vue, Bridget parvient avec brio à ne faire qu'un avec ses personnages. J'ai particulièrement apprécié être dans la tête de Timothy pour essayer de le comprendre, de mettre une logique sur ses penchants meurtriers. J'ai rarement autant détesté un personnage ! Et c'est difficile de se retrouver à la place d'un fou de cette trempe. J'ai été un peu moins emballée avec Gildas. Et si je devais donner un bémol à ce roman, c'est justement ce personnage. J'aurai aimé le sentir plus hargneux, plus redoutable. Souvent je me suis dit que face à un être comme Timothy, il n'avait aucune chance.

Je pense que lorsqu'on écrit un thriller, la difficulté tient dans la crédibilité du projet. Et ici tout s'enchaine sans anicroche. Je n'ai pas trouvé de points qui ne collaient pas ou d'incohérences. Tout tient la route et sans qu'on sente que cela a été compliqué.

L'atmosphère est un assez lugubre, j'ai eu du mal à lire certains passages mais bien évidemment il ne faut pas s'attendre à autre chose avec un Thriller. Il est difficile de lâcher le roman et je pense donc que l'identifier comme un Page Turner ne serait pas une erreur.

La fin était celle que j'attendais. A part une certaine surprise, elle est comme je la voyais. Mais c'est sans déception aucune. Il n'y avait pas beaucoup de possibilités pour cette fin et je pense que Bridget a choisi celle qui convenait le mieux.

Je conseille donc aux personnes qui comme moi, ne sont pas des adeptes de ce genre, de se lancer et de savourer cette histoire et j'ai hâte de lire les avis des lecteurs qui ont l'habitude des Thrillers.  

mercredi 14 juin 2017

Quelques jours de nos vie de Clare Swatman


 Si la vie vous donnait une seconde chance, referiez-vous tout... en mieux ?
Zoe et Ed étaient prédestinés à s'aimer. Aujourd'hui, en couple depuis vingt ans, ils traversent côte à côte les plaines et les sommets de la vie conjugale. Comme un couple de vingt ans, ils s'embrassent tous les matins. Sauf que ce matin-là, Zoe est excédée et envoie balader Ed... qui meurt, fauché par un bus. Comment Zoe pouvait-elle savoir que c'était la dernière fois qu'elle le voyait ? Mais était-ce vraiment la dernière... ? Quelque temps plus tard, Zoe se réveille dans sa chambre de jeune fille. La vie semble lui avoir offert une seconde chance : revivre les moments les plus importants de son histoire avec Ed. Et les revivre en mieux, afin d'en changer le destin...

Je remercie tout d’abord les éditions Presses de la cité et Babélio pour cet envoi.

Le résumé m’a tout de suite attirée par son originalité.  Les dystopies ont une grande place dans la littérature aujourd’hui mais on a rarement le droit à un roman qui nous permet de nous plonger dans le passé. J’étais curieuse de découvrir l’auteur, son univers et ce qu’elle pouvait nous raconter.

Le prologue donne tout de suite le ton au roman. Comme l’annonce le résumé, Zoé et Ed sont ensemble depuis longtemps. Après une vie assez compliquée faite d’amour et de déchirement (on aura le temps de découvrir cela avec la suite du roman), il n’est pas toujours facile de contenir son exaspération et c’est ce qui se produit un matin. Zoé rejette Ed qui part travailler et décède sur le chemin.  J’ai été embarquée par l’histoire dès les premières secondes. Tout d’abord parce que les premières lignes laissent présager un style d’écriture comme je les aime. C’est fluide, sans trop de détails, si bien que les mots s’enchainent, tout se passe vite, trop vite même. Et puis ces premières lignes donnent le ton au roman. Comment vivre après cette culpabilité ? Comment vivre quand on a laissé partir l’homme de sa vie sans lui dire qu’on l’aime ? Comment vivre avec ce sentiment d’inachevé ?

Le début vous force déjà à vous poser des questions sur votre comportement, sur la manière dont vous agissez parfois et surtout sur l’importance de l’amour, du don de soi. Je me suis imaginée bon nombre de fois à la place de Zoé et bien des fois je me suis sentie aussi désespérée qu’elle.

Et puis vient la suite.  La vie a laissé une seconde chance à Zoé de revivre les moments clés de son histoire avec Ed. Alors forcément la première pensée qui lui vient, c’est de changer le destin. Réparer les erreurs et vivre tout à fond.

J’ai eu un peu de difficulté avec les premiers chapitres. Il ne se passait pas grand-chose et même s’il fallait en passer par là pour appréhender la suite, j’ai trouvé que ça traînait un peu en longueur. Et puis, j’ai finalement enchaîné les chapitres et en deux heures j’ai terminé ma lecture les larmes aux yeux; tellement ce livre est émouvant et éprouvant dans son intégralité.

J’ai adoré Ed et Zoé. Je me suis identifiée à eux par certains aspects et je pense que beaucoup de couples pourraient  en faire de même. J’ai été fascinée et transportée par l’amour qu’ils se portent et par ce qu’ils traversent tout au long de leur vie commune.

Et quand arrive la fin … Cette fin … Je ne dirai rien afin de ne pas spoiler, juste que je la trouve parfaite, c’était celle qu’il fallait pour rendre hommage au roman.

Ce livre est une leçon de vie. Aimons et chérissons ce que nous avons car la vie ne tient qu’à un fil et  rien n’est plus important que l’amour.

Je recommande ce livre, je passe près du coup de cœur, vraiment tout près. Le creux des premiers chapitres a bien été présent mais la suite rattrape beaucoup. Une petite pépite !! 



dimanche 21 mai 2017

Lux, tome 1 : Obsidienne de Jennifer L Armentrout


 Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une soeur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?


Comment dire ... C'est un très gros coup de cœur ! J'ai lu le livre en 24h et je n’arrivais pas à me le sortir de la tête.
J'ai adoré le style de l'auteur. Sa manière de décrire les lieux et personnages, de lancer les dialogues. Il n'y a jamais de lourdeur, les pages se tournent avec fluidité et il est bien difficile de lâcher le roman.
Mais je pense que ce qui m'a vraiment conduite vers le coup de cœur c'est l'atmosphère. Le mystère est constamment nourri. Tout est fait pour qu'on ne découvre pas facilement ce qu'on désire ardemment savoir.
L'auteur a fait de Katy un personnage attendrissant, qu'on a envie de connaître. Elle n'a rien d'exceptionnel, et on s'identifie facilement à elle.
Quant à Daemon, mon petit cœur de midinette est tombé follement amoureux de lui !!  L'auteur est parvenu à en faire un personnage détestable mais qu'on ne peut pas détester. Oui c'est assez bizarre ... Mais je pense que c'est exactement ça. On a le droit a des échanges drôles et explosifs entre lui et Katy et on en redemande.
J'ai beaucoup aimé leur relation qui s'installe sans tomber dans la guimauve.
Et puis surtout, je trouve l'idée de l'auteur très originale. C'est nouveau, ça change de ce qu'on peut lire dans le fantastique. J'ai hâte d'en savoir plus.
Côté rebondissements, on a vraiment ce qu'il faut. Une fois de plus l'idée de fond est originale et bien exploitée. Et je pense que l'auteur nous réserve encore des surprises pour la suite.
Vous l'aurez sans doute compris, j'ai adoré et j'ai hâte de lire la suite !!

samedi 29 avril 2017

Si seulement la vie s'apprenait dans les romans d'amour de Kristan Higgins


Si seulement... brosse le portrait parallèle de deux sœurs, à un tournant de leur existence. L’une, célibataire désabusée après une rupture, quitte New York pour retourner dans la ville de son enfance. L’autre, qui croyait vivre un mariage parfait, découvre qu’il est construit sur un mensonge.
Un portrait juste et sincère, plein d’un humour parfois acerbe et de désillusions désamorcées par le rire : car la vie, la vraie, ne s’apprend pas dans les romans d’amour...


J'adore cet auteur. J'ai eu des gros coup de cœur pour certains de ses romans et puis j'en ai aimé d'autres. Dans l'ensemble, j'ai toujours passé de très bons moments. Je pense que le point fort de Madame Higgins, est sa capacité à créer des héroïnes très proches des lectrices. Nous n'avons aucun problème à nous identifier aux personnages. 

C'est encore le cas ici. J'ai suivi avec beaucoup de plaisir l'histoire de Jenny et Rachel, deux sœurs plutôt très différentes l'une de l'autre. Jenny est drôle, positive, combative et sait mener sa barque. A l'inverse Rachel se cache derrière son rôle de maman au foyer. Elle a très peu d'amis et sa vie tourne autour de ses triplés et de son mari qui travaille beaucoup.

L'alternance des points de vue permet de connaitre l'histoire sous tous ses angles et c'est très agréable. Je me suis tout de suite attachée à Jenny pour sa façon de voir la vie mais j'ai appris à connaitre Rachel et au final c'est une femme très touchante.

L'auteur écrit toujours avec beaucoup d'humour et de manière si fluide qu'on tourne les pages rapidement et qu'on se laisse facilement embarquer dans l'histoire. Mais derrière tout ça on trouve également des moments tristes, difficiles à vivre et on a mal avec les personnages. Cette histoire pourrait être la notre et c'est sans doute pour ça que ça marche.

 Ce n'est pas mon préféré de cet auteur mais j'en garderai un très bon souvenir et je le recommande vivement. Quant à moi, je continuerai à lire ses romans avec plaisir !

Sous le même toit de Jojo Moyes



Le temps était clément, offrant cette lumière de début de printemps qui insuffle de la beauté jusque dans les décors les plus usés ; dehors, des hirondelles se chamaillaient bruyamment dans les haies. Sa première pensée lucide fut : « Cette maison est comme nous. Elle a été désertée, abandonnée. Maintenant, elle va veiller sur nous, et nous la ramènerons à la vie. »
Lorsque son mari meurt sans crier gare, lui laissant une montagne de dettes, Isabel Delancey doit radicalement changer de train de vie. Elle n'a d'autre choix que de déménager avec ses deux enfants pour s'installer à la campagne, dans une maison de famille délabrée. Tandis que les murs s'effritent autour d'eux, et que ses dernières économies fondent comme neige au soleil, Isabel espère pouvoir compter sur le soutien de ses voisins. Elle ne se doute pas que sa simple présence au village a réveillé de vieilles querelles… Les vies s'entrechoquent, et Isabel va découvrir que faire de cette maison le « home sweet home » dont elle rêve est un combat de chaque instant.


J'ai, dans l'ensemble, passé un bon moment de lecture, mais malheureusement rien de transcendant.

L'écriture de l'auteure est toujours aussi douce, c'est poétique, c'est tendre, ça coule de source mais ici je me suis ennuyée. Je n'ai pas trouvé beaucoup de sens à cette histoire étant donné le dénouement certain. Je pense que je n'ai pas vraiment su le prendre pour ce qu'il était. J'attendais une révélation particulière, du rebondissement, alors forcément la déception s'est faite sentir. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé. C'était même plutôt agréable à lire.

On tire une leçon du dénouement et comme toujours avec cette auteure, le roman donne à réfléchir sur les motivations de la vie, sur ce qui est réellement important. Donc oui, je pense que je suis partie avec une envie différente, d'où mon avis aujourd'hui.

Cet article sera donc court car je n'ai pas grand chose à en dire. Je ne pourrais ni le conseiller ni le déconseiller. Ca reste joli mais ça ne restera pas dans ma mémoire.

vendredi 21 avril 2017

Destinés, tome 1 de Lucie Barnasson





Lénia vit dans un monde où toute mélodie est interdite – pire même, puisqu’elle y est considérée comme nocive ! La population vit donc depuis plus d’un siècle réfugiée sous des dômes insonorisés. Cependant, contrairement à ses semblables que cela n’a jamais empêchés de continuer à vivre normalement, la jeune adolescente se sent enfermée, prisonnière de cette vie tout autant que des dômes. Sa rencontre avec Tristan apporte enfin toute la lumière sur le mystère de ce mal-être, et Lénia découvre qui elle est vraiment.
Mais qui est cette ombre mystérieuse et sombre qui semble la suivre jusque dans ses cauchemars ? Et quel terrible secret cache-t-elle sous sa cape au revers de sang ?




Je crains d'être une lectrice à part. N'y voyez rien de prétentieux là dedans, bien au contraire. Avant de commencer ce livre, je suis allée voir les avis sur la toile. Je n'en ai pas vu un seul négatif à part peut être celui où la lectrice disait qu'elle n'est pas entrée dans l'histoire à cause d'un décalage entre le public visé et son âge. Je pense que j'ai eu le même problème.

Dès le début j'ai eu un soucis avec le style un peu trop simple. Ce n'est pas vraiment le mot que je cherche mais il ne me vient pas. J'entends par là que je trouve le tout un peu plat, sans grands rebondissements. J'ai vraiment eu le sentiment de lire un livre ciblé ado et les années passants, je me rends compte que j'ai de plus en plus de mal à me plonger dans les lectures très Young Adult.
L'idée de départ était pourtant très bonne. La vie sous un dôme, le danger que la musique semble représenter, la particularité de certaines personnes ... Je me suis dit qu'il y avait vraiment matière à faire quelque chose de très intéressant.

Mais malheureusement il m'a manqué de l'action, j'aurai aimé du rebondissement, des moments durs et forts. J'ai trouvé que tout restait trop en surface.
La relation qu'entretiennent les deux personnages principaux ne m'a pas non plus passionnée. J'ai d'abord trouvé que tout se faisait trop vite. Ils ne se connaissent pas et d'un coup ( dès qu'on sait ce qu'on doit savoir ;) ) ils sont fous amoureux l'un de l'autre. Et là encore, on sent la relation adolescente, pas de passion, de disputes qui viennent pimenter la chose ...

Je suis peinée de dire ça étant donné que je ne serais pas capable d'écrire ne serait-ce que quelques lignes mais aussi parce que l'auteure me semble fort sympathique. Mais je pense aussi que c'est ça aussi le métier d'auteur : accepter que son œuvre puisse être un coup de cœur pour l'un et une grosse déception pour l'autre.

Je crois sincèrement qu'il peut énormément plaire aux jeunes, mais aussi aux lecteurs avec plus d'expérience qui affectionnent les romans jeunesse.
Vous l'aurez compris, ça n'a pas marché avec moi, je ne lirai donc pas la suite mais je pense que l'auteur a beaucoup de potentiel et saura très certainement se faire sa place !